La finance solidaire au service du logement pour tous et de la mixité sociale

La finance solidaire au service du logement pour tous et de la mixité sociale

Habitat et Humanisme a fêté ses 25 ans le 7 mai dernier. Cette association, fondée à Lyon par Bernard Devert,un promoteur immobilier devenu prêtre, agit pour une économie plus solidaire et pour construire une ville à visage humain en logeant correctement les personnes en difficultés dans des « quartiers équilibrés ». Entretien avec Alix Guibert, responsable du pôle épargne solidaire d'Habitat et Humanisme.

Comment un promoteur immobilier se lance-t-il un jour dans un projet en faveur du logement des personnes précaires ?

Par son activité professionnelle, Bernard Devert a fait le constat, toujours d'actualité, qu'une partie de la population ne trouve plus à se loger dans les centres villes. Les personnes à faibles revenus, d'origines étrangères ou âgées sont rejetées des centres et rassemblées en périphérie, dans des quartiers qui concentrent les difficultés sociales et sont stigmatisés pour cela. Décidé à résister contre cette tendance du secteur, Bernard Devert rachète, il y a 25 ans, un immeuble du centre ville de Lyon dont les locataires sont menacés d'expulsion. Il investit dans cet achat le fruit de la vente de sa société immobilière et crée une Société civile immobilière (SCI) avec quelques amis.

Quels sont les principes de la Foncière ?

La SCI lyonnaise est devenue aujourd'hui la Foncière Habitat et Humanisme qui œuvre dans toute la France. La Foncière dispose d'un capital de 82 millions d'euros pour près de 5000 actionnaires. Les fonds de la foncière sont utilisés pour mener des opérations  immobilières en achat et rénovation de logements à destination des foyers en difficulté. Nous sommes ainsi devenus propriétaires et gestionnaires d'un parc de 2100 logements sociaux.

C'est donc de de la finance solidaire ?

La Foncière Habitat et Humanisme participe effectivement à la finance solidaire. Nous disposons d'un agrément de l'Autorité des marchés financiers qui nous permet de faire des appels à l'épargne auprès du public. Les épargnants acquièrent des parts qu'ils peuvent revendre ensuite avec une plus-value mais il n'y a pas de dividende distribué. Par ailleurs nous proposons, via des banques partenaires, des produits bancaires solidaires où les épargnants acceptent de partager les intérêts avec nous. Ce dispositif a séduit 8000 personnes et nous permet de collecter un million d'euros par an. Mais Habitat et Humanisme à d'autres actions en faveur du logement.

Vous êtes également facilitateur pour la location de logements privés ?

En effet, pour lever les freins à la location de logement par des propriétaires privés, nous proposons de prendre en charge la gestion de la location avec Habitat et Humanisme Gestion et 9 Agences immobilières à vocation sociale (AIVS). Nous garantissons aux propriétaires le paiement des loyers et l'entretien de leurs biens. 3000 logements sont ainsi rendus accessibles à des personnes en difficulté. Mais au-delà du logement, Habitat et Humanisme fait également un travail d'accompagnement des personnes et des familles grâce aux bénévoles et aux salariés de son réseau qui compte une cinquantaine d'associations locales. Cet accompagnement social a pour but de permettre aux personnes de retrouver confiance, de construire un projet de vie, de participer à la vie de leur quartier. Par l'interaction qu'il crée entre accompagnants et accompagnés, ce dispositif est la pierre angulaire du mieux vivre ensemble que nous appelons de nos vœux. Nous sommes d'ailleurs en recherche permanente de nouveaux bénévoles.

Quelles sont les contraintes susceptibles de gêner l'amplification de votre action ?

Nous sommes actuellement inquiets par les réformes fiscales qui annoncent la fin de la réduction d'impôts lors d'investissement dans des entreprises non cotées en bourse. Ce dispositif a un rôle très incitatif et permet à la Foncière de collecter des fonds indispensables pour mener à bien ses projets. Nous sommes également préoccupés par la hausse continue du prix du foncier qui limite nos investissements, notamment à Paris où nous n'avons pas investi depuis 5 ans. Enfin nous aimerions que nos partenaires bancaires donnent une plus grande visibilité aux produits solidaires Habitat et Humanisme.